Là où on voit que la technologie moderne a évolué, c'est que le premier imbécile venu peut faire des cartes...

Ici, on a d'un côté la densité de population dans les 48 états, avec en bleu vif les comtés où la densité dépasse 400 hab/square mile (ce qui correspond aussi au dixième décile). Et, sous forme de points, les 40 universités américaines qui sont parmi les 60 premières mondiales, en partant du classement de Shanghaï.

On voit bien le gros cluster de la mégalopole — qui soit dit en passant est moins impressionnant qu'il ne devrait l'être : malgré tous mes efforts, à cette échelle, les trois universités qui sont sur Manhattan se recouvrent, et Harvard et le MIT aussi. Et on voit bien les gros clusters de Los Angeles et San Francisco.

Parmi les choses qui m'ont frappé en faisant la carte (et donc en allant positionner à la main chaque université), c'est le petit nombre d'universités vraiment isolées. Univ. Colorado - Boulder est en fait dans la banlieue de Denver, Ann Arbor est dans la banlieue de Detroit, etc. Les plus isolées, au sens vraiment loin d'un grand centre urbain, sont Urbana-Chamaign, Cornell, Penn State, U. Wisconsin - Madison et Univ. Florida. Et dans chaque cas, on ajoute "et encore".

L'autre chose qui m'a frappé en regardant la carte, et auquel je ne m'attendais pas du tout, c'est le nombre élevé de binomes. De villes qui ont, non pas une mais deux grandes universités de classe mondiale. Le couple Harvard/MIT est le plus connu, mais il est loin d'être le seul. Duke U. et U. NC-Chapel Hill se font face, Carnegie-Mellon et U. Pittsburgh sont à côté l'une de l'autre, pareil pour Northwestern U. et U. Chicago...

Ça se voit un peu mieux si je zoome sur la côte Est :

Amusant, non ? Le fait remarquable n'est pas seulement que ces villes aient deux universités, c'est qu'elles aient deux universités de classe mondiale, et d'à peu près le même rang.

Pour qu'il n'y ait pas de jaloux, je vous fait un zoom sur la côte Ouest, aussi :