Pour ceux qui ne connaissent pas, Mark Sanford est, encore pour quelques jours, gouverneur de l'état de Caroline du Sud.

Il a réussi l'exploit de disparaître totalement, pendant plusieurs jours. Ce qui peut se comprendre : après tout, gouverneur, c'est un boulot difficile, on peut avoir envie de faire un break. Il existe une histoire pour enfant très belle, qui s'appelle "le Président de la République a disparu", qui se base sur ce scénario. Là où ça se corse, c'est qu'il a dit à tout le monde qu'il partait se ballader dans les Appalaches, alors qu'en fait il était en Argentine. Bon, là encore, je veux bien. La cordillère, ça a quand même une autre gueule que le Blue Ridge. Par contre, là où je comprends moins, c'est quand un type dit qu'il part faire un break, loin de tout et en particulier d'accès à internet, et qu'il continue à Twitter, tous les jours.

Mais bon. Les détails émergeant petit à petit, l'histoire devient de plus en plus rocambolesque. En fait, il était parti en Argentine pour aller voir sa maitresse. Ce que sa femme a moyennement apprécié, et ses électeurs non plus. Depuis Bill Clinton, les républicains se sont fait une spécialité de virer sans ménagement tout homme politique de chez eux pris la main au panier. L'ennui, c'est que ces dernières années, ça fait pas mal de monde. Les démocrates s'y étant mis aussi, les gouverneurs ont un fort turnover en ce moment, et Lieutenant-Governeur n'est plus un job si inintéressant que ça.

Le commentaire de Gail Collins est mordant et tordant. J'en retiens une phrase en particulier :

Second, perhaps it is time to rethink the idea of constantly electing middle-aged heterosexual men to positions of high importance.

Autrement dit, si toutes ces affaires pouvaient faire avancer la parité en politique...