Des chercheurs du MIT ont développé un système d'encodage d'information, destiné par exemple à remplacer les codes barre et les puces RFID. Un petit point (3 mm de diamètre) contient toute l'information, derrière une lentille. Pour l'extraire, c'est simple, on prend une photo mise au point à l'infini. Ce qui rend tout le reste de la scène floue, mais fait apparaitre l'information contenue dans le point. En plus, l'information peut dépendre de la direction de visée (on n'aura pas la même chose suivant qu'on est face au point ou de profil).

Comme moyen de coder de l'information, je ne suis pas sûr que ça remplace les codes barre, ni les QR-code, ni les autres. Le gros avantage du code-barre, c'est que n'importe quelle imprimante peut en générer un. Son inconvénient, c'est qu'il faut une machine spécialisée pour le lire, et on ne peut lire qu'un seul code à la fois.

Avec le système développé au MIT, il faut une machine spécialisée pour générer un code. En échange, n'importe quelle caméra peut extraire l'information, et on peut imaginer scanner un millier de points simultanément. Mais alors se pose la question de comment extraire l'information parmi les milliers de points scannés. Ça suppose un ordinateur couplé à la caméra. Et donc, peut-être, enfin un truc utile à faire avec ces téléphones dotés de processeurs surpuissants et de caméras ?

Sur un plan "publicitaire", je suis épaté par le groupe du MIT. Avoir un papier à Siggraph, c'est bien. Faire sa pub dans des sites de geek, ça s'est déjà vu. Mais arriver à avoir un sujet de la BBC sur son papier Siggraph, là, c'est balèze (ils ont aussi le 5e résultat Google pour "barcode").

Ils viennent de créer une nouvelle benchmark pour mesurer l'activité des chercheurs... Et je crois que ça va être difficile de suivre.